séminaire thématique 2019

Les Séminaires Thématiques des samedi 2 février et 25 mai 2019

Ils  avaient pour thème : Effets de la Modernité dans la clinique : « De la fragilité des sens au  langage.  »

  • Aux origines de la parole : « Le neuronal et le psychanalyste archéologue  par Anne-Marie Leriche
https://i0.wp.com/www.linternaute.com/science/biologie/dossiers/06/0602-cerveau/images/langage.jpg:

« Cette première intervention a souhaité faire une mise au point sur ce que l’imagerie cérébrale, appuyée toujours sur la clinique, nous apprend de l’acquisition du langage, et on le croit, apporte  matière à réflexion aux psychologues et aux psychanalystes, car si nous avons une structure cérébrale génétiquement programmée pour permettre le développement du langage, celui-ci nécessite un apprentissage intimement lié à des interactions humaines ainsi qu’à l’engagement affectif et à la curiosité naturelle du bébé.

L’élaboration du langage humain nécessite outre un apprentissage vocal et un registre sémantique, une syntaxe combinatoire avec des enchâssements illimités, permettant grâce à un nombre fini de mots de s’exprimer à l’infini sur le présent le futur et l’imaginaire. Mais il ne s’agit pas d’un réseau isolé, car il est en lien permanent avec la mémoire du sujet, sa sensorialité et donc son histoire.

Mais il ne faut pas nous méprendre tout cela reste encore largement mystérieux et fait la richesse de l’humain ».

 Son  exposé portait  en première partie sur le comment la langue vient au bébé à travers tout l’aspect sensoriel de la relation mère/enfant : une personne qui sait que son bébé est une personne en devenir va ainsi implanter en elle un certain nombre d’engrammes qui vont faciliter l’accès au langage et activer des représentations mentales. Le langage mamanais en forme les prémices avant l’apparition des mots. Il en développera tout le déroulement avec la formation du narcissisme en lien avec celui de la mère et l’implantation de la sexualité, ainsi que les aléas de toute cette construction liés à la qualité des échanges.

 La deuxième partie de son exposé concernait plus précisément la formation des psychanalystes à la méthode Esther Bick : il s’agit d’observer la relation mère/bébé dans un contexte très particulier, dans la famille, l’observateur étant lui-même silencieux et en prise avec ce que suscite en lui l’observation qu’il fait de la relation. Dans la suite il retranscrira ses observations ainsi que les mouvements suscités en lui et les exposera à d’autres analystes eux-mêmes en formation, ce qui l’amène à se confronter aux vertex des uns et des autres et à approfondir sa compréhension de la relation observée et à en appréhender les interactions fantasmatiques.

Michel Amar considère que cette méthode est avant tout destinée à former des psychanalystes alors qu’elle est par ailleurs utilisée comme méthode de soins, ce qui était avancé par des personnes présentes dans la salle.

  • Traumas et troubles dans le langage avec Daniel Delanoë, psychiatre, anthropologue.

 Il vous sera bientôt proposé de retrouver ici le texte de son exposé, en  rappel de son article paru sous le titre: Les châtiments corporels de l’enfantune forme élémentaire de domination. L’autre,cliniques,cultures,sociétés,vol16 n°11,48-57

  • Histoires sans paroles, avec Daniel Daydou, Psychanalyste, Fédération des Ateliers de Psychanalyse
  • Christine Gioja Brunerie discutante

l’ aperçu de cette intervention est ici accessible .