Art dans la société, la société dans l’art.

allocution inaugurale de Joseph Beuys de Mai 1974 Berlin puis Londres en novembre

En guise de traduction à partir de l’anglais

La salle Beuys 1974
exposition Beuys 2019 Hamburgerbahnhoff

Quelques mots à vous tous ici à propos de ces dessins

Ces dessins sont venus à l’existence dans une séquence de développement parallèlement à la recherche d’un concept central. Un concept central tel qu’il pourrait typer la situation temporelle dans laquelle j’ai expérimenté et expérimente actuellement, et pour laquelle j’ai rassemblé un matériel : matériel qui représente des aspects d’un point central vers lequel je voulais me diriger. Dans le cours du temps ce point central a été capable de lui-même, de plus en plus opérant, il entre dans une dimension politique.

Je commencerai à la fin.

Depuis les concepts de dessin est survenue une théorie plastique, en d’autres termes un retour aux dessins.(se référer à jean-Philippe Antoine : De l’archaïque au commencement : la pensée du dessin chez Beuys).

Ces dessins montrent un des innombrables aspects du thème. Mais j’ai essayé de configurer ceux qui en arrière fond ont à voir avec des concepts comme celui de chamanique ou comme l’évocation des concepts d’une délivrance de sagesse à travers la Pythonnissa ou Pythie.

Si bien que toutes ces constellations, ce regard en arrière des concepts est arrangé de telle façon, dans une manière pure pour qu’ils puissent évoquer de l’intérêt dans la conscience courante du spectateur et être d’intérêt dans le respect de la vision totale de l’homme dans le temps, pas seulement dans le présent, pas seulement au regard du passé, c’est à dire historiquement et anthropologiquement, mais aussi offrant des solutions pour le futur dans le sens de ré-ouvrir les problèmes. Par ré-ouvrir les problèmes, je veux dire les ouvrir d’une telle façon que l’intérêt pour eux oriente vers le point central.

Ce point central est l’organisation de l’existence humaine sortant vers le futur, passant à travers le présent et dans le présent, formulant de nouveaux modèles créatifs pour configurer ou alternativement, pourrait-on dire, pour aller vers la sculpture de nouveaux modèles pour la vie dans son entier.

Ce concept qui doit se développer depuis l’art a ses bonnes raisons (ou a la fin j’ai expérimenté ces raisons) dans lequel je me vois confronter au temps :

Nous nous sommes vus tous confrontés avec la voie scientifique de la pensée qui s’est développée elle-même hors de l’histoire et vers un point critique. Tous ces concepts de savoir peuvent être caractérisés comme matérialistes, positivistes, atomistes et présentent le problème de telle façon nommément qu’il vous oblige à vous poser la question : Comment aller loin de ces concepts à travers le développement de l’histoire qui s’est réduit lui-même dans le sens d’un toujours plus fort de l’analyse de la substance des choses ? Comment pouvons nous aller loin de tels concepts de savoir et adopter un concept étendu d’art et un concept étendu de savoir ?

Je voudrais sentir que mes dessins sont sur le chemin de prendre cette voie.

Cependant je voudrais ajouter quelque chose de plus pour aider à leur compréhension. L’art ne peut être compris dans le sens des concepts positifs du savoir, c’est à dire l’art ne sera jamais un moyen d’appeler l’intellect avec des concepts rationnels, analytiques. C’est avec cela, que de nos jours dans la culture, la prise de conscience s’appréhende par comprendre quelque chose, certainement pas pour permettre à quelqu’un de comprendre l’art.

L’art n’existe pas pour appeler ce type de compréhension. Pour cela la science convient mieux à ce propos. Il n’y a pas d’art nécessaire pour rendre les choses logiques depuis le début, c’est à dire pour présenter les contenus de pensée en droite ligne depuis les premiers. Il n’y a pas besoin d’art pour cela. Pour un tel propos les concepts positifs du savoir serait suffisants. Pour rendre rationnelles les choses du monde, pour les rendre logiques, ce que la science est capable de réaliser, l’art serait en vérité superflu. Si cela était vrai si cela était une complète vérité, à ce moment là par exemple la théorie des superstructures de Marx serait totalement applicable à l’art et dans toute culture.

L’art cependant opère à un autre pôle du développement humain, sa sensibilité, je veux dire qu’il opère si bien que, premièrement son organisation sensorielle qui aussi loin qu’elle a été développée pour dater dans l’homme est préservée et élevée, deuxièmement elle a le devoir de développer des nouveaux organes des sens additionnels. C’est le point qui doit entrer de plus en plus dans la prise de conscience et qui de plus en plus doit être discuté, dans le sens de se demander quel nouvel organe sensoriel l’homme développerait-il pour lui même dans sa confrontation avec l’art ; avec quel concept de créativité élaborerait-il pour lui même dans le but qu’il puisse un jour percevoir son monde d’avantage que simplement comme un segment du monde.

Et quand il perçoit son monde étendu, quelle nouveau concept doit-il y développer dans l’activité artistique, dans cette activité artistique étendue dans cette extension de la pratique du savoir, dans le but d’organiser le monde du futur ? Et là j’en viens à plusieurs concepts politiques qui sont également impliqués dans quelques uns des dessins dans le sens de ce besoin de liberté dans le sens de ce besoin d’égalité devant la loi, aussi bien que dans le sens de ce besoin de fraternité dans la sphère économique.

Ici quelqu’un pourrait écrire socialisme entre guillemets

En dessous de ces trois concepts, l’un peut s’ériger en concept de socialisme, si bien qu il pourrait avoir un sens complètement différent des autres portés dans le temps présent. Cela veut résulter chez un homme arrivant à une compréhension totalement différente. Par exemple il voudrait s’éloigner de ce principe économique qui décide couramment et détermine à grande échelle tous les comportements humains , aussi loin que les concepts économiques déterminent les modes de vie, bien plus que dans les cultures passées .

Pour retourner en arrière je voudrais dire que le principe démocratique dans l’histoire fut compris comme un contrat légal (dans l’époque romaine) quand les hommes se soumettaient culturellement à un principe dualiste .

Si je prends un autre pas en arrière dans le contexte de la mythologie avec ses guidances spirituelles anciennes, je veux dire par cette dépendance humaine dans ses débuts de prière et ses pharaons. L’existence était complètement sous les préceptes de la vie culturelle. Par exemple il n’y avait dans l’ancienne Égypte pas d’autres dimensions en dehors du culturel qui était représenté par des règles hiérarchiques, qui à leur tour passaient dans le peuple, mais la compréhension de la culture était précisément une compréhension unifiée de la culture. Seulement après la Révolution française les hommes arrivent à une autre compréhension de la culture, dans laquelle les choses du monde étaient vues sur un mode économique. Une division des choses advient, l’homme a à venir (doit) appeler avec le principe de la forme dans un chemin (une voie) complètement différent. Je répète la phrase une fois de plus, le principe de forme, dans le but de ne pas perdre de vue le rapport avec ces dessins. Dedans la tentative d’atteindre est faite pour former les principes d’une future incarnation.

Et je crois que c’est aussi la raison pourquoi quelques-uns disent même que ce sont des dessins primitifs : cet arrangement de lignes a été capable d’éveiller un tel élan d’intérêts, parce que je crois, ou j’expérimente de plus en plus (la croyance n’a pas de place ici) que ces choses doivent servir de façon adéquate à stimuler discussion et questions spécialement au regard de la forme future de tout ce qui est culturel, le culturel futur, et la transition du culturel présent au culturel futur ; et cela a être compris comme rien d’autre qu’une nouvelle compréhension de l’économie.

Incidemment il est de grand intérêt de noter à quel point de nos nos jours, la science de l’économie, ou pourrait-on dire la science de l’économie nationale, a résulté d’une telle compréhension réduite du potentiel de production humaine, qu’elle semble avoir réduit l’économie à la production des biens matériels, biens concrets dans le secteur commercial dans les usines, usines de fabrication .Nous nous détruisons nous-même sur ce modèle si nous ne faisons pas dans un avenir prévisible une avancée vers une conception, un modèle économique plus total, qui peut être fait de façon inhérente par la sphère culturelle, c’est à dire une compréhension de quels arts, quelles sciences, quelles religions, quelles activités, peuvent contribuer comme mode de production. Cela peut être atteint pour produire une entité, produire des biens, manifestant la capacité humaine qui peut être employée dans tous les domaines même dans la sphère qui est classifiée comme l’économie de la production des biens matériels.

Il serait bien sûr nécessaire et c’est encore le devoir de la science et de l’art,d’apporter dans le monde une nouvelle image de l’homme confirmant que l’homme est de façon primordiale un être d’esprit.

Cela peut seulement s’accomplir quand il a été de façon adéquate provisionné et nourri de ces biens spirituels. Et ce serait l’accomplissement de ses besoins de lumières spirituelles qui apporterait la possibilité de mettre en action un autre contexte de production une autre fabrication, par laquelle je veux dire qu’il pourrait atteindre la production, la solution économique pour produire des biens démocratiques. Seul le long de ces deux voies, la première venant logiquement de l’autre voudra-t il finalement produire ce que nous voulons achever du relationnel humain dans l’économie. Ainsi il y a une tendance même dans ces dessins (même en pensant que vous pouvez dire qu’il s’agit purement d’une conjecture, on pourrait dire de façon approfondie au sujet des dessins dans cette tonalité et pour ce propos, on voudrait cependant avoir à prendre chaque dessin individuellement) ,il y a une tendance qui vient de la situation générale de plusieurs aspects de diriger vers un point central vers une économie totale. Comment sommes-nous pour arriver au contexte de production dans la sphère démocratique, la production de biens démocratiques, dans le sens de l’auto détermination et participation, et finalement comment sommes-nous pour arriver selon deux voies vers une nouvelle organisation de la vie économique dans l’intérêt des besoins humains.